cedic.ch > Accueil

  • Accueil
    • FORMULAIRES DEPÔT DE PROJETS
    • INFORMATIONS PROCEDURES
  • Présentation
    • orientations, champ d'activité et objectifs
    • trois axes thématiques
    • apports au développement de la HES-SO
    • programme
  • Membres
    • conseil scientifique
    • membres
    • comité de soutien
  • Calendrier
  • Recherches
    • projets (privé)
    • achevées
      • axe 1: appartenances
      • axe 2: égalité
      • axe 3: participation
      • recherches antérieures
    • en cours
      • en cours
      • axe 1: appartenances
      • axe 2: égalité
      • axe 3: participation
    • publications
    • CAHIERS DU CEDIC
  • Liens
    • membres cedic
    • partenaires cedic
    • recherches hes-s2
    • autres

Le questionnement de la diversité va de pair avec les interrogations sur la citoyenneté ainsi que sur la place respective des majorités et des minorités tant au niveau national qu'international. Le CEDIC réunit des enseignant-e-s /chercheur-e-s provenant de disciplines différentes, membres de sept sites de la HES-SO, trois du secteur social et quatre du secteur de la santé.

Les populations témoins se situent parmi les migrants, les personnes marginalisées ou discriminées, autrement dit ceux et celles ayant pour dénominateur commun une catégorisation minoritaire, produite au cours de l'interaction avec les groupes hégémoniques. Le CEDIC oriente sa recherche scientifique et ses prestations de service dans une perspective d'engagement social, de développement d'appartenances, de citoyenneté et de droits humains.

ORIENTATIONS, CHAMP D'ACTIVITE ET OBJECTIFS

La diversité culturelle est un trait constitutif des sociétés contemporaines et la Suisse ne représente pas une exception. La diversité est même considérée comme une caractéristique distinctive de la Confédération, marquée par la cohabitation de plusieurs langues et religions. Le multiculturalisme s'exprime à différents niveaux de notre société: non seulement par la présence d'un nombre élevé de résidents venus d'ailleurs - des estimations mettent en évidence qu'environ 2 millions de personnes vivant en Suisse sont des immigrés ou des enfants d'immigrés -, mais aussi par la juxtaposition de modes de vie associés à des "sous-cultures"(1) de classe, générationnelles et de genre ; ou encore à des situations de vie minoritaires du point de vue du statut ou de l'état de santé de la personne.

Thématiques abordées Dans une société faite de cumuls des appartenances à des collectifs de plus en plus diversifiés, des professionnels de la santé et du travail social s’interrogent sur comment intervenir auprès des usagères et usagers de façon à ne pas ériger le pluralisme culturel en différences irréductibles. Ils s’interrogent également sur les modes d’intervention les plus pertinents auprès des personnes dont l’accès à la citoyenneté est limité, voire dénié, en raison d’une identité minoritaire. Car, pour le CEDIC, la mise en œuvre individuelle et collective de l’action citoyenne est un garant de démocratie. Dans ce sens, les travaux de recherche promus par le CEDIC sont porteurs d’une application sociale. A ce titre, le CEDIC prête attention aux revendications exprimées par des membres des minorités à la recherche des moyens pour renforcer leur capacité à se faire entendre, à être davantage reconnus par l’ensemble de la société

Portant sur l’analyse des constructions des appartenances communes, des différences et de leur négociation entre les acteurs sociaux, notamment entre les publics de la santé et du social et les professionnels actifs dans ces champs; les questions relatives aux trajectoires de vie, aux mémoires différentielles, aux relations et aux aspects interculturels des conflits prennent toute leur importance ici.

Egalité et droits citoyens : limites et contraintes Concernant les questions relatives à l’égalité des droits, des chances et de traitement, mais également à la discrimination, à la stigmatisation des individus appartenant à des catégories socialement dévalorisées, et affectées par des processus de minoration, de marginalisation ou d’exclusion. Dans notre réseau, ces questions sont observées sous l’angle de leur manifestation dans les domaines de la santé et du social;

Modes d’intervention, participation et diversité Touchant aux conditions permettant aux acteurs sociaux, notamment minoritaires, d’exercer une influence sur la réalité sociale, identifier les ressources à même de leur donner une plus grande maîtrise de leurs conditions de vie et de santé (empowerment) et soutenir des initiatives susceptibles de les matérialiser; il s’agit également d’analyser les obstacles qui se dressent dans ces domaines.

Les événements culturels d’envergure en Suisse

Petit pays de montagnes ? Oh ! Et tant et si bien redit que l’on oublierait facilement qu’il est bien plus encore : pays de festivals de théâtre, de festivals de musique classique (notamment en Valais, mais aussi à Lucerne, dans le Kunst un Kultur Zentrum qui, Dieu merci, ne prend plus l’eau), de festivals de musiques populaires, et tant d’autres encore ! Petit aperçu dans la suisse romande (c’est ainsi que se nomme la partie francophone du pays, composée de 5 cantons : Genève, Vaud, Valais, Neuchâtel, Fribourg, Jura, dont certains sont bilingues), où les festivals d’une excellente qualité pullulent, notamment depuis le XXe siècle, ce qui n’étonnera personne.

Chaque été sur la plaine de l’Asse, tentes et tambours battent le tempo. C’est le Paléo festival de Nyon qui s’ouvre sur la scène musicale internationale pour une durée de 6 jours à une semaine. Les groupes les plus prestigieux ont joué sur la grande scène. Son fondateur, Blaise Rosselat, a eu l’intuition d’un festival à taille humaine et proche des gens, mais il faut bien dire que, le succès venant, le petit festival vaudois a pris une ampleur qui le range désormais aux cotés des plus importants événements culturels européens.

A Montreux, c’est une autre paire de manches : le Montreux jazz Festival a toujours été VIP, dans ses programmations, et dans son ton. Les musiciens de stature internationale y ont eu leurs repères depuis des années, jusqu’aux regrettés David Bowie et Prince. Limousines, Cadillacs, compagnies prestigieuses et Sex Zürich scène s’y sont côtoyées dans l’atmosphère feutrée des éclairages violets, marque de fabrique des scènes du festival. Anecdote, c’est aussi l’occasion pour de petits photographes amateurs locaux de se distinguer en publiant des clichés à peu près nets où l’on voit les musiciens s’époumoner, et de se faire un nom sur la toile. Le Montreux a bien négocié l’après Claude Nobs, son fondateur charismatique.

Dans les vallées vertes du canton le plus alpestre a lieu chaque été le Yehudi Menuhin Festival, qui voit cordes et orchestres embaumer l’air de leurs accords tantôt suaves, tantôt revêches. La musique classique y a ses quartiers, pour un public de saisonniers venus chercher un peu d’excellence dans un canton qui n’en manque par ailleurs pas. Des sessions musicales avec de jeunes talents sont présentées plusieurs fois par an, pour le plus grand plaisir des mélomanes. A noter qu’on y sert toujours le traditionnel vin blanc régional, issu des dernières récoltes.

Enfin, petit, mais costaud, le festival du Goulag a lieu chaque fin de l’hiver à Fribourg. Composée presque entièrement de bénévoles motivés, à l’exception de son fondateur qui a su tirer son épingle du jeu et créer un nouveau festival cantonal, véritable carte de visite, sinon pour le canton, du moins pour lui, il se raconte dans les rues de la vieille ville que son prochain projet ne saurait tarder à éclore. Sur le plan musical comme sur le plan humain, c’est une parenthèse à la fin de l’hiver pour celui qui est le premier festival de musique avant le printemps.